Author Archives: maatch

L’intelligence artificielle révolutionne-t-elle le marketing digital ?

On définit l’IA comme « l’ensemble des théories et des techniques mises en œuvre en vue de réaliser des machines capables de simuler l’intelligence humaine. »

L’IA se développe de plus en plus rapidement aujourd’hui, et on la retrouve déjà dans de nombreux domaines tels que : l’automobile (avec la Google Car); les jeux de réflexion (où, déjà en 1997, le super-ordinateur Deep Blue battait le grand champion des échecs, Kasparov), la téléphonie, l’astronomie, l’industrie ou le domaine médical.

L’IA est très flexible et peut être utilisée dans de nombreux domaines en fonction de son programme de codage. Elle est même capable d’exécuter ses actions plus vite, plus précisément, et sur une plus longue durée que ce dont serait capable un homme seul. Bien qu’encore loin du film de science-fiction où le robot prend le contrôle du monde, l’IA d’aujourd’hui est déjà « intelligente » et peut apprendre d’elle-même avec le « machine learning (autonome) » ou le « deep learning » (plus précis).

L’IA dans le marketing digital

« Le marketing digital désigne les pratiques qui ont pour but de promouvoir, donner de la visibilité, et de la crédibilité à l’entreprise. »

C’est en combinant les informations du big data*, des réseaux sociaux et d’autres sources que l’IA va pouvoir générer des leads pour les entreprises, lui permettant ainsi de cibler des populations dans la logique de son offre (proposer une publicité sur des hôtels à quelqu’un ayant acheté ou recherché des billets d’avion, par exemple).

Ainsi, sur une même quantité de mail envoyés et de publicités proposées, le taux de succès sera plus important pour une population choisie par l’IA que sur une population choisie aléatoirement.

Les calculs de ciblage sont généralement complexes à effectuer à grande échelle, la masse d’informations étant énorme. Cependant grâce à des algorithmes de plus en plus poussés, l’IA interprète de mieux en mieux les informations et comprend de mieux en mieux nos besoins et nos envies.

 *Le big data est une solution des géants du web qui permet de stocker une quantité d’information phénoménale et d’y avoir accès en temps réel.

Les chatbot

Pour les entreprises, on peut parfois retrouver un « chatbot » ou agent conversationnel, qui parle toutes les langues, est disponible à toute heure, et qui peut répondre à de nombreux utilisateurs en même temps. Il a pour objectif d’améliorer le service consommateur d’une entreprise en répondant efficacement à leur demande. C’est donc un gain de temps énorme.

Cependant le « chatbot » est encore loin de remplacer l’homme car il reste un outil programmé, il ne possède pas notre capacité « d’improvisation ». C’est pourquoi, même s’il peut aider pour de nombreuses demandes, il ne remplace (pas encore) pas l’Homme.

On peut donc conclure que l’IA n’invente rien de nouveau dans le marketing digital, elle permet seulement d’accomplir des tâches que l’Homme pourrait faire lui-même (mais qu’il préfère déléguer). C’est d’ailleurs pour cette raison qu’il crée ces IA capables de faciliter et d’améliorer son quotidien.

Le digital, au-delà d’être une source d’information pour nous tous, est en réalité une source d’information sur nous tous. Et l’utilisation de ses informations dans le domaine commercial peut être considérée comme une intrusion dans la vie privée.

Cependant, c’est bien grâce à ses informations récoltées (à notre insu, certes) que les publicités ciblées nous proposent des produits cohérents avec nos recherches. Donc bien que cette pratique incite à la consommation, ne nous faciliterait-elle pas la vie ?

Sources :

https://www.larousse.fr/encyclopedie/divers/intelligence_artificielle/187257

https://www.oracle.com/fr/cloud/deep-learning-intelligence-artificielle.html

https://www.pourlascience.fr/theme/intelligence-artificielle/

Image :

https://pixabay.com/fr/illustrations/digital-marketing-produit-contenu-4229637/

https://pixabay.com/fr/illustrations/messagerie-bulletin-d-information-3249062/

https://pixabay.com/fr/photos/ux-design-webdesign-app-mobile-789162/

https://pixabay.com/fr/photos/danbo-robot-mignon-en-carton-3781364/

Comment bien répondre aux mauvais commentaires sur internet ?

Les commentaires ainsi que les avis sur internet et les réseaux sociaux sont de plus en plus pris en compte. En effet selon un sondage mené par l’institut IFOP en 2014, 88 % des internautes se renseignent avant d’acheter en ligne. 96% des internautes en situation d’achat  seront influencés par des avis négatifs… 30% renonceront à l’achat et 66% reporteront l’achat pour y réfléchir. Il est donc très important de faire attention à notre e-réputation et de savoir répondre un mauvais commentaire.

Qu’est ce qu’un mauvais commentaire ?

C’est un écrit, qu’une autre personne va poster, qu’on va percevoir avec des traits péjoratifs,  et qui n’est pas là pour glorifier ce à quoi il fait référence.

Comment répondre efficacement ?

  • Rapide mais réfléchi.

Ne pas confondre vitesse et précipitation. Même si  les émotions sont essentielles pour rédiger une réponse cohérente avec vous-même, elles ne doivent pas détériorer vos propos.

De plus il ne faut pas supprimer ou ignorer le commentaire car cela pourra entrainer par la suite des représailles ou un acharnement.

  • Courtoisie et Politesse.

Comme pour le théâtre du XVIIème siècle, la règle de bienséance est de rigueur, il est donc préférable de répondre avec un langage courtois.

  • Conduite professionnelle.

Regardez le positif d’un commentaire correctement géré. Si vous répondez de manière professionnelle et que vous apportez une réponse constructive à la personne cela pourra donner de la crédibilité à votre établissement aux yeux des prochains visiteurs de votre page.

De plus l’empathie rendra toujours un message plus agréable pour tous.

  • L’humour.

Chaque chose en son temps, parfois une touche d’humour peut désamorcer des critiques qui vous sont destinées.

  • Remercier et s’excuser.

Dans certains cas, remercier la personne de sa remarque et montrer de la considération accordée au commentaire peut être la bonne conduite à adopter. Si vous avez un doute quant au but du message reçu, il ne faut pas hésiter à demander l’avis d’une personne extérieure pour vous faire prendre du recul plus facilement.

Ne prenez pas forcément le commentaire pour vous directement,  il se peut que le commentaire soit justifié et critique une situation que la personne a rencontrée, s’excuser de la mésaventure peut s’avérer être la solution.

  • Personnaliser et corriger.

Parfois il peut y avoir une erreur de compréhension de votre objectif ou de votre point de vue, il ne faut pas oublier que tout le monde est différent et que la personne qui poste un mauvais commentaire n’a probablement pas tous les éléments et les détails que vous possédez. Il ne faut donc pas hésiter à expliquer la situation, en gardant à l’esprit qu’il faut faire des phrases simples, qui ne cherchent pas des milliers d’explications à vos propos, et que vous ne devez surtout pas prendre de haut la personne qui a écrit le commentaire.

Il est aussi important de personnaliser sa réponse. La meilleure des réponses reste celle qui va réécrire avec nos mots ce que l’on comprend de la critique et par la suite qui va chercher des solutions ou des arrangements, tout en corrigeant des propos erronés.


De plus, demander des détails peut aussi être une réponse adaptée si le commentaire dévalorise par sa nature votre établissement.

  • discuter en privé.

Inviter la personne à discuter en privé est parfois préférable. Cela évitera un maximum de faire des faux pas et vous pourrez plus facilement répondre aux attentes de la personne qui a laissé un mauvais commentaire.

  • Eviter.

Attention, sur internet il existe aussi des anonymes qui sont juste là pour s’amuser et semer la discorde sans réfléchir aux conséquences, ce sont les trolls. Il est toujours plus simple de s’en prendre aux gens derrière un écran. Leur but est de créer des réactions avec leur commentaire pour attirer l’attention. Il est préférable de faire passer leur message à la trappe, sur facebook par exemple vous pouvez simplement masquez un commentaire, il sera donc uniquement visible par la personne et ses amis.

Ou alors vous pouvez  utiliser l’humour : https://cmhalloffame.fr/post/63947554758/cmfnac

  • L’ironie ?

Il existe sur internet une autre personnalité appelé le hater, ou « haineux » en français. Les haters sont des personnes qui ne vont prendre et ne voir que ce qu’il déteste en vous. Ils l’exprimeront très simplement avec insultes en tout genres ou critiques blessantes et désobligeantes.

Utiliser l’ironie fonctionnera peut être avec eux car le hater ne s’attend pas à des remerciements pour ses insultes. Il ne saura probablement pas quoi faire si vous le remerciez pour sa remarque constructive et si vous lui dites qu’elle sera prise en compte. Cette réponse passera pour de l’humour aux yeux des autres personnes et vous n’entrerez pas avec le hater dans un long débat sans aboutissement convenable.

Enfin si vous avez du mal à supporter les critiques des commentaires qui vous sont destinées voilà une petite réflexion.

Une minorité qui fait plus de bruit que la majorité.

Les personnes qui se manifestent le plus sont souvent celles qui sont là pour critiquer. En effet, nous avons plus tendance à faire un retour quand on est mécontent de quelque chose que lorsque l’on est satisfait. Et malgré cela on retrouve le plus souvent un plus grand nombre d’avis positifs. N’est-il pas juste de penser par la suite qu’il y a donc énormément plus de personnes satisfaites que mécontentes?

Est-il plus facile de critiquer une chose que de la complimenter ? Sommes-nous habitués à dire et entendre des choses positives ? Enfin, donnons-nous autant d’importance à un mauvais commentaire qu’à un bon commentaire. Sur quel point allons-nous focaliser notre attention ?

Bibliographie :

Site pour accéder au PDF de l’étude : https://www.ifop.com/publication/limpact-de-le-reputation-sur-le-processus-dachat/

https://www.google.com/travel/hotels/Lyon/entity/CgoIgcWxlsbGvJYjEAE/reviews?g2lb=2502405%2C4208993%2C4223281%2C4252074%2C4253230%2C4253564%2C4254308%2C4258168%2C4260007%2C4270442%2C4274032%2C4276661%2C4282211%2C4282356%2C4265427%2C4270859%2C4280642&hl=fr&gl=fr&un=1&q=hotel%20Lyon&rp=OAFAAEgC&ictx=1&ved=2ahUKEwiH5Lqogr7jAhW0WRUIHY4FC6QQvS4wA3oECAoQPA&hrf=CgUIlgEQACIDRVVSKhYKBwjjDxAIGAgSBwjjDxAIGAkYASgAWAGqAScKAgghEgIIXBICCBUSAggNEgIIZxICCFsSAwiOARICCC8SAghUGAGqAQYKAghiGACqAQsKAggSEgMImwEYAaoBCgoCCBQSAghSGAGqARIKAggREgIIKhICCEASAggCGAGqAQoKAgguEgIIPRgBqgEKCgIIUBICCE8YAZIBAiAB&tcfs=EhoaGAoKMjAxOS0wOC0wOBIKMjAxOS0wOC0wOVIA

https://www.google.com/travel/hotels/Lyon/entity/CgsIodSQndiTqZSBARAB/reviews?g2lb=2502405%2C4208993%2C4223281%2C4252074%2C4253230%2C4253564%2C4254308%2C4258168%2C4260007%2C4270442%2C4274032%2C4276661%2C4282211%2C4282356%2C4265427%2C4270859%2C4280642&hl=fr&gl=fr&un=1&q=hotel%20Lyon&rp=OAFAAEgC&ictx=1&ved=2ahUKEwiH5Lqogr7jAhW0WRUIHY4FC6QQvS4wAnoECAoQMg&hrf=CgUIlgEQACIDRVVSKhYKBwjjDxAIGAgSBwjjDxAIGAkYASgAWAGqAScKAgghEgIIXBICCBUSAggNEgIIZxICCFsSAwiOARICCC8SAghUGAGqAQYKAghiGACqAQsKAggSEgMImwEYAaoBCgoCCBQSAghSGAGqARIKAggREgIIKhICCEASAggCGAGqAQoKAgguEgIIPRgBqgEKCgIIUBICCE8YAZIBAiAB&tcfs=EhoaGAoKMjAxOS0wOC0wOBIKMjAxOS0wOC0wOVIA

https://hitek.fr/42/top-14-troll-comminuty-manager_2443

https://www.google.com/search?rlz=1C1CHBF_frFR814FR814&tbm=lcl&ei=r4owXe7DM8PSa4GKkugJ&q=bijouterie&oq=bijouterie&gs_l=psy-ab.3..0i131k1l2j0l8.6391.9492.0.9950.18.11.0.3.3.0.231.849.4j2j1.8.0….0…1c.1.64.psy-ab..9.8.673.0..0i67k1j0i131i67k1.71.kDEUz-Cipss#lrd=0x47f4ea538ac21595:0xd39ad858289f9008,1,,,&rlfi=hd:;si:15247737361566502920;mv:!1m2!1d45.778386083251505!2d4.8627071326621945!2m2!1d45.74772863903893!2d4.782970423067468!4m2!1d45.76305946699996!2d4.822838777864831!5i14

https://www.google.com/search?q=we+ride&rlz=1C1CHBF_frFR814FR814&oq=We&aqs=chrome.0.69i59j0j69i57j69i60l3.2148j0j7&sourceid=chrome&ie=UTF-8#lrd=0x47f4c1655cbfc909:0x750970892c593f7a,1,,,

Image : https://pixabay.com/fr/illustrations/instagram-facebook-ic%C3%B4ne-instagram-3288413/

Créer des CONTENUS ENGAGEANTS sur Facebook en 2019

En 18 mois, le taux d’engagement sur Facebook a chuté de plus de 50%. Comment faire pour garder sa communauté active ? 

La solution ? Faire des contenus engageants, et on vous explique comment…

Comment créer des contenus engageants sur Facebook en 2019 ?

Il existe des règles essentielles à suivre afin de réussir à motiver et rendre votre communauté Facebook plus active. Ces règles sont d’ailleurs valables, pour certaines, sur d’autres réseaux sociaux comme Twitter ou Instagram.

1. Connaitre son audience

Il est important de connaitre sa communauté afin de pouvoir orienter ses publications dans la bonne direction. Il serait inapproprié pour Boston Dynamics de faire des posts de prank ou autre vidéos, certes divertissantes, mais totalement déplacées par rapport à l’image de l’entreprise et son public. 

Afin de déterminer votre communauté, vous pouvez utiliser l’outil Audience Insights de Facebook qui vous permettra de voir la tranche d’âge, le sexe, et le pays d’origine de vos visiteurs.

Vous pourrez ensuite orienter vos publications dans la direction des résultats pour plus d’efficacité.

Et bien sûr, si vous souhaitez créer une communauté engagée et réactive, il va vous falloir commencer par montrer l’exemple : répondez à tous les commentaires et avis, bons ou mauvais (d’ailleurs on vous explique bientôt comment répondre aux commentaires négatifs), votre image ne s’en portera que mieux !

2. Privilégier les bons formats

Avec la chute d’engagement sur Facebook il est nécessaire de créer des formats encore plus dynamiques pour intéresser les utilisateurs.

Le candidat numéro un est le format vidéo avec un taux d’engagement plus élevé de 59% que les autres, selon l’analyse de Buffer et BuzzSumo. Une vidéo est plus vivante, plus attractive qu’un simple post texte. 

Les top 500 posts de 2018 (classés pas type)

Mais bien que les vidéos soient très efficaces, il faut également savoir diversifier le contenu. Un feed répétitif et ennuyeux aura l’effet contraire.

Si vous souhaitez écrire un texte ou une description, le nombre de mots idéal serait 80. Ni trop court, ni trop romanesque. Vous pouvez aussi ressortir une citation importante ou mystérieuse de votre publication pour piquer la curiosité de vos lecteurs…

Les questions, sondages, concours, jeu concours sont très efficaces car ils nécessitent une réponse du visiteur. Cette sollicitation aura pour effet de rendre sa communauté plus active car elle se sentira prise en considération

En ce qui concerne les sujets, ceux ayant le plus de succès sont ceux qui sont drôles, inspirants, positifs et divertissants. Ils permettent à l’entreprise de s’humaniser et de placer l’aspect de « vente » au second plan, ce qui aura pour résultat d’attirer plus d’utilisateurs.

3. Connaitre les bons horaires

Inutile de dire que publier à 6h du matin n’est pas l’horaire idéal… Le moment de la journée et de la semaine où les utilisateurs sont le plus présents sur Facebook sont après 18h et le weekend.

Privilégiez donc ces horaires pour plus de succès !

Et inutile de rappeler aussi que la clé du succès se trouve dans le dévouement : publiez plusieurs fois par semaine, régulièrement.

Maintenant que vous avez toutes les cartes en main, à vous de jouer !

Bibliographie :

https://www.journalducm.com/publication-facebook/

Images : https://unsplash.com

FAKE NEWS : Le décryptage

En 2016, 24 nouveaux sites de fake news par mois étaient créés aux Etats-Unis. En 2017, c’était 22 par mois en moyenne.

La rumeur existe depuis la nuit des temps. Et pourtant, aujourd’hui, l’essor de ces mensonges créés de toute pièce représente un réel danger pour la démocratie : le doute est omniprésent. 

Une fake news est une information fausse, souvent sensationnelle, diffusée sous le couvert de reportages. Ces informations sont produites sous forme journalistiques, fournissant ainsi une source d’information si complète que la forme incite immédiatement à la confiance. 

Les fake news peuvent revêtir plusieurs formes : détournement d’image et/ou vidéos, usage de faux comptes pour parler sous le nom d’une personne pour attaquer sa crédibilité et/ou son image, rédaction d’articles, créations de faux documents… 

Les fake news ont connu leur apogée fin 2016, lors de la campagne de Donald Trump. Nombreux sont les scandales qui ont éclatés, visant à déstabiliser son adversaire, Hilary Clinton. 

On constate que l’exigence de vérité perd du terrain d’année en année : les propos mensongers se banalisent, et ne sont, par moments, même plus sanctionnés. 

C’est l’usage des réseaux sociaux et l’effet viral porté par ceux-ci, qui a permis cette nouvelle diffusion d’informations, à la manière journalistique. 

Facebook, Twitter et Google détiennent un rôle prédominant dans l’accroissement des fake news. En effet, ces réseaux permettent à tous de s’exprimer à part égale, permettant à chacun de devenir un réel acteur de l’information. Ainsi, par exemple, chacun peut créer sa page “média”, se prôner journaliste d’un nouveau média tendance, et faire circuler des informations altérées ou montées de toute pièces.

Il suffit donc qu’un échantillon d’internautes accorde de la crédibilité à ces informations, les partagent sur leurs propres canaux de communication, pour qu’un buzz énorme éclate autour d’une information dénuée de toute vérité. Pourquoi les internautes accordent ils tant de crédibilité à une information non vérifiée ? Selon une étude du Magazine Science, c’est l’émotion ressentie au moment de la lecture de l’information qui pousse au partage. Les fake news inspirant bien souvent le dégout, la colère ou la surprise, le partage devient plus facile que lorsque l’on fait face à une information satisfaisante. 

Le problème ? La diffusion d’une fake news est un réel cercle vicieux : il faut six fois plus longtemps à la vérité pour toucher un échantillon de 1500 personnes qu’à l’information faussée. 

La marque Kellogg’s en a fait les frais : passant par une régie publicitaire afin de pousser leur publicités auprès des internautes, la marque a un jour découvert que ses produits étaient diffusés sur le site Breitbart News, animé par l’ex conseiller de Donald Trump. Ne souhaitant être associé à un parti politique, la marque a ordonné le retrait de ses annonces du site en question. 

Netflix, de la même manière, s’est retrouvé un jour accusé d’avoir contacté l’un de ses abonnés, sous prétexte que celui-ci avait passé 10h par jour pendant une semaine sur la plateforme. Un scandale a éclaté autour de la protection des données personnelles des utilisateurs. 

Starbucks, a son tour, a du combattre contre ce fléau : un post anonyme posté sur un forum accuse la marque d’offrir gratuitement une boisson à tous les immigrants entrés illégalement aux États Unis. 

Vous vous souviendrez également tous d’Air France, qui a été accusé de gonfler abusivement ses prix Saint Martin – Paris, suite a l’ouragan Irma qui a dévasté une partie des Antilles.

Toutes ces informations sont bien évidement totalement fausses.

20% de l’échantillon interrogé (soit 32% des 18-24 ans) ont avoué avoir fait confiance à une information sur une entreprise ou institution, relayée par les médias et/Ou les réseaux sociaux, avant de découvrir que celle-ci était fausse. 

26% d’entre eux ont admis avoir partagé une/des information avec des proches, avant même de savoir si celle-ci était avérée ou non. 

Pour lutter contre ces fake news, susceptibles de ruiner votre image ou réputation, une communication claire, transparente et quotidienne est indispensable. 

En manque d’informations capitales sur l’entreprise, son fonctionnement, ses valeurs, les internautes auront davantage tendance à croire et à se référer aux informations véhiculés par les médias et les réseaux sociaux. 

Ces fake news proviennent donc de réelles failles dans la communication, interne comme externe : une mauvaise communication interne peut provoquer incompréhension et donc, risquer la transmission d’une information totalement faussée, voire inventée de toutes pièces. 

Pour éviter les fake news et de nuire à l’e-réputation d’une marque, c’est l’anticipation qui est de mise. 

Il est donc primordial d’effectuer une veille permanente sur les moteurs de recherche et réseaux sociaux, afin d’identifier les points qui pourraient impliquer un bad buzz. Les parties prenantes doivent être clairement identifiées, afin de construire un discours clair et adapté sur l’entreprise, son identité et ses valeurs. 

Et après ?

Une fois que la fake news est sortie, plus moyen de faire retour en arrière : une réponse rapide, claire et rassurante doit être communiqué à l’ensemble des communautés touchées par la nouvelle ! 

Comment bien communiquer sur Instagram ?

Instagram, plus qu’une mode, une nécessité.

Depuis son apparition en 2010 et surtout son rachat par Facebook en 2012, Instagram est l’un des réseaux sociaux les plus utilisés. Avec plus d’un milliard d’actifs mensuellement (selon Hootsuite, 2019) et un taux d’engagement largement supérieur à Facebook et Twitter, c’est une plateforme que les entreprises se doivent de savoir exploiter pour plus d’efficacité sur le marché actuel.

Pourquoi utiliser Instagram ?

C’est vrai que jusqu’à maintenant, les commerces se débrouillaient bien sans.. mais ! Ce nouveau média (au-delà de recenser des milliards de potentiels acheteurs, ce qui est déjà pas mal…) permet de mettre en avant son originalité, de se démarquer de la concurrence et tout cela visuellement. Il permet de montrer l’essence même de l’entreprise, d’illustrer ce qu’elle veut transmettre à sa communauté à travers des images personnalisées. Instagram crée aussi une forte proximité avec les clients grâce aux nombreux outils mis à disposition : story, commentaires, sondages, concours, messages privés, etc.

Alors, comment bien communiquer sur Instagram ?

Bien qu’Instagram puisse paraitre un jeu d’enfant, les erreurs et les bad buzz ne sont jamais exclus. La difficulté est de réussir à transmettre le bon message, de façon explicite et pour derrière créer une réaction.

Il existe donc de nombreuses « règles d’or » à suivre.

O-ri-gi-na-lit-té !

Tout d’abord, il faut bien comprendre la plateforme en elle-même, comment l’utiliser, connaître les bons outils à avoir à côté (applications de retouche, de planification), et les différentes fonctionnalités.

Ensuite il faut réussir à cibler ses clients (genre, âge, nationalité, etc) et pourquoi ils utilisent Instagram. Est-ce pour du divertissement uniquement ? Est-ce pour trouver de l’inspiration ? Est-ce par recherche esthétique ? Il est important de bien définir ces données rapidement afin de pouvoir avoir une ligne directrice pour ses publications et construire une communauté.

Ensuite il faut se créer une ligne éditoriale claire et bien travaillée. Le mot d’ordre est « homogénéité ». Personne ne veut voir un feed fouillis où tout s’embrouille, tout s’emmêle, quelque chose sans queue ni tête (à moins que ça ne soit un choix éditorial, mais encore une fois, il faut que ça soit un « choix » et que ça soit réfléchi). Tout ça pour créer un feed esthétique, homogène, où les images s’enchaînent selon une certaine logique et continuité, dans les couleurs, le format, le style, etc.

De nombreux autres conseils existent pour vous permettre de se démarquer de ce milliard d’autres utilisateurs : être authentique, créatif, inspirer. Faire quelque chose de différent, qui capte le regard et crée une réaction. La plupart des utilisateurs vont sur Instagram pour voir du beau, de l’esthétique et du plaisant, vous devez vendre du rêve !

Instagram peut aussi servir à montrer l’envers du décors, à raconter une histoire et créer des liens avec ses followers. Un récit peut-être moins professionnel mais plus touchant. Il faut absolument utiliser le storytelling. Raconter une histoire fait appel aux sentiments donc permet d’avoir un impact plus important sur son public (toutes les publicités les plus réussies, comme les pubs Coca Cola où on voit comment la boisson crée littéralement du bonheur, utilisent le storytelling). Les vidéos peuvent être un bon moyen pour faire cela, tout en utilisant un format un peu différent. Les histoires, les expériences, les sentiments sont ce qui nous lient, et Instagram est la plateforme idéale.

Ce qui fait la différence d’Instagram, c’est qu’il permet une interaction et une proximité avec les clients. Il faut donc exploiter cette possibilité en utilisant les stories (qui sont un des meilleurs moyens de créer une interaction) pour y faire des sondages, des questionnaires, y raconter des évènements auxquels on a participé et qui vont générer un retour. 

Il faut également savoir bien utiliser les hashtags. Ces mots clés permettent aux utilisateurs de réussir à trouver votre profil à travers vos publications. Selon la dernière mise à jour des algorithmes de l’application, le nombre idéal serait cinq hashtags. D’ailleurs il est important de suivre ces mises à jour afin de savoir quels sont les points importants pour apparaître de façon optimale sur l’application.

Pour conclure : 

  1. Apprenez à utiliser efficacement l’application et ses outils
  2. Travaillez y votre communication car elle aura un impact important sur votre image
  3. Soyez vous-même !

Bibliographie :

https://www.usinenouvelle.com/editorial/trois-regles-d-or-pour-bien-communiquer-sur-instagram.N674934

https://www.inaativ.com/conseils-webmarketing/comment-se-demarquer-pour-reussir-sa-communication-sur-instagram/

Images : https://unsplash.com

COURS DE MAATCH | Le 3 mai, journée mondiale de la liberté de la presse

« Soutenons la liberté de la presse, c’est la base de toutes les autres libertés, c’est par là qu’on s’éclaire mutuellement. » – Voltaire 

Pour soutenir l’indépendance des médias, la journée mondiale de la liberté de la presse a été instaurée en décembre 1993 par l’ONU. 

Et cette journée, c’est aujourd’hui : le 3 mai !  

Mais à quoi sert cette journée ? – Chaque année, le 3 mai est l’occasion d’informer et surtout de rappeler le principe inaliénable de liberté de la presse, d’évaluer cette liberté à travers le monde et de défendre l’indépendance des médias. C’est également l’occasion de rappeler et de rendre hommage aux journalistes tués ou emprisonnés dans l’exercice de leur profession.

Et oui ! – La liberté de la presse et d’expression est un droit à défendre, c’est un fondement de la démocratie. 

Le classement mondial de la liberté de la presse  Depuis quelques années, l’association Reporters Sans Frontières (RSF) élabore tous les ans un classement mondial de la liberté de la presse. En clair, plus la liberté des journalistes est grande, mieux le pays est classé. 

Le dernier classement mondial de la liberté de la presse, publié par RSF le 18 avril 2019, montre que la liberté de la presse diminue dans le monde : les journalistes ont de plus en plus de mal à exercer leur métier, de ce fait les citoyens ne sont pas toujours correctement informés. 

La France se trouve à la 32e place sur 180 pays – Ce rang est le plus élevé du pays depuis 2013. Effectivement, auparavant la France se positionnait plutôt entre les 37e et 45e places. Alors, la question à se poser est : est-ce que le résultat de cette année est signe d’une amélioration des conditions des journalistes ou est-ce plutôt les autres pays qui font de pire en pire ? De façon générale, la France reste un pays dans lequel la liberté de presse reste plutôt satisfaisante. Mais attention, cette liberté est à préserver et à défendre, pensez-y !   

Chocolaterie WEISS

La Chocolaterie Weiss est née en 1882 à Saint-Etienne. Eugène Weiss, créateur et précurseur, découvre l’Art du Praliné et de l’Assemblage et crée le Haut Chocolat®.

Labellisée Entreprise du Patrimoine Vivant, la Maison Weiss s’attache aux belles matières pour produire des chocolats et des pralinés de Haute Qualité à destination de tous les consommateurs gourmands et des professionnels des métiers de bouche du monde entier.

L’agence Maatch est missionnée par la Chocolaterie Weiss pour mener sur toute l’année 2019 une campagne de notoriété associant relations presse traditionnelles et opérations d’influence digitale (avec des influenceurs digitaux régionaux ou nationaux). L’objectif, faire connaître et valoriser l’image de la marque et driver un public ultra-ciblé sur le site e-commerce de la marque ou à l’intérieur de ses boutiques.

COURS DE MAATCH | Les médias féministes vus par l’agence

Tour d’horizon des médias féministes à suivre et à consommer sans modération !

Les Glorieuses
Les Glorieuses propose une newsletter chaque mercredi. Le média traite de sujets liés à la condition de la femme à travers le monde, tout en offrant de nouvelles pistes de réflexion et nouveaux modèles féminins fort(e)s et engagé(e)s.

Pour rejoindre les Glorieuses, c’est ici.
Les Glorieuses : le site, Facebook, Instagram & Twitter

Quoi de meuf ?
Quoi de meuf est également un format newsletter, qui allie féminisme, pop culture et politique que l’on reçoit chaque dimanche. Aujourd’hui le concept a rencontré un tel succès qu’il a aussi été décliné en podcast !

Pour s’abonner, c’est ici.
Quoi de meuf : le podcast, Instagram & Twitter

ChEEk magazine
Cheek magazine est un webzine pour les femmes de la Génération Y. Son parti pris ? Parler des femmes pour ce qu’elles font, pas pour ce qu’elles sont ! Ainsi le média se démarque de la presse féminine en axant ses thématiques autour de sujets de société, et non pas autour de la mode et de la beauté.

ChEEk magazine : le site, Instagram, Facebook & Twitter

RTL Girls
RTL Girls, correspond au site web de RTL dédié à l’égalité, la société et la sexualité féminine. On y retrouve des portraits, témoignages, décryptages, conseils afin de permettre au femme de (re)trouver leur place dans la société française.

RTL Girls : le site, Facebook & Twitter

50-50 magazine

50-50 magazine est un site participatif d’informations sur l’actualité féministe. Il offre des analyses, des interviews et des débats sur les questions touchant à l’égalité entre les femmes et les hommes.

50-50 magazine : le site & Facebook

Les Nouvelles News, l’autre genre d’info
Les Nouvelles News est un site d’information générale paritaire qui vise à traiter l’actualité de manière indépendante tout en donnant la parole aux femmes autant qu’aux hommes. Sa ligne éditoriale est caractérisée par la diffusion d’une culture de l’égalité des sexes et par l’attention portée à l’impact de l’actualité sur les femmes et les hommes qui la reçoivent.

Les Nouvelles News : le site, Facebook & Twitter

SOURCES
https://www.lexpress.fr/actualite/medias/cheek-magazine-le-pure-player-feminin-de-la-generation-
y_1286810.html
http://www.haut-conseil-egalite.gouv.fr/stereotypes-et-roles-sociaux/actualites/article/des-medias-
feministes-a-consommer
https://www.ladn.eu/media-mutants/reseaux-sociaux/journee-internationale-des-droits-des-femmes-les-
medias-feministes-a-suivre/

RETOUR SUR |Maatch au salon de la plongée 2019

« Je suis un découvreur, mon but est d’émerveiller » Avez-vous deviné à qui cette citation appartient-elle ? Il s’agit du célèbre plongeur et explorateur Jacques-Yves Cousteau.

Une vie entre air et mer

Reconnaissable par son éternel bonnet rouge, Cousteau a consacré sa vie au monde sous-marin. Véritable passionné du Grand Bleu, c’est entre air et mer qu’il s’épanouit. Grâce à son travail et son audace, Cousteau crée sa propre entreprise qu’il nommera « la Spirotechnique ». Plus de 70 ans plus tard, celle-ci est devenue Aqua Lung, la référence mondiale pour l’équipement de plongée sous-marine.


L’histoire ne s’arrête pas là… Aqua Lung, leader dans son domaine, manifeste un engagement profond pour la protection du monde sous-marin et se dote des meilleurs partenaires, gardiens des océans tel que le légendaire Pierre Frolla ou l’illustre explorateur Alban Michon.

Une conférence de presse inédite

A l’occasion du salon international de la plongée sous-marine qui s’est déroulé du 11 au 14 janvier 2019 à Paris, l’entreprise Aqua Lung a accueilli sur son stand le petit-fils de Jacques-Yves Cousteau, Philippe Cousteau et sa femme Ashlan Cousteau. Le couple a annoncé lors d’une conférence de presse, organisée par Maatch, leur future collaboration avec la marque Aqua Lung. 

Créateur du premier détendeur de plongée, Aqua Lung prévoit de belles innovations avec le couple Cousteau ainsi que le développement de démarches visant la protection des océans. 

Le stand de la marque au Salon de la Plongée 2019

 Le Salon International de la Plongée Sous-Marine s’est déroulé du 11 au 14 Janvier 2019 à Paris, Parc des expositions de la Porte de Versailles.

L’équipe Aqua Lung

Au cours de cet évènement, petits et grand sont invités à explorer un monde magique et découvrir les dernières nouveautés de la discipline.

 Près de 60 000 visiteurs y sont attendus chaque année 

Aqua Lung, leader mondial de l’équipement de plongée sous-marine

A voir: 

L’Odysée, film réalisé par Jérôme Salle et Lambert Wilson

COURS DE MAATCH | Et si on misait sur les micro et nano-influenceurs ?

Malgré la tendance en vogue du marketing d’influence, on observe déjà une sorte de désenchantement appelé « influencer fatigue » qui se traduit par une baisse d’engagement sur les réseaux sociaux et une crise de confiance généralisée. Aujourd’hui, les micro-influenceurs, et nano-influenceurs sont davantage courtisés par les marques. Mais qui sont ces derniers et quelle visibilité peuvent-ils apporter aux marques ?

L’expression « micro-influenceur » désigne un influenceur digital qui compte relativement peu d’abonnés par rapport aux « stars » ou vedettes des réseaux sociaux. Il n’existe cependant pas de définition ou de seuil officiel pour les déterminer clairement.

Les nano-influenceurs sont, par extension, des influenceurs avec un périmètre d’influence (nombre de fans, contacts ou d’abonnés) encore plus réduit que celui d’un micro-influenceur. Ces individus sont des personnes lambdas considérées comme actives les réseaux sociaux.

De multiples études ont récemment mis en évidence la relation inverse existant entre le nombre d’abonnés et le taux d’engagement. La société Markerly a analysé plus de 800 000 comptes Instagram, avec une majorité ayant au moins 1 000 abonnés.
 Le constat est sans appel : qu’il s’agisse d’interactions sous forme de likes ou de commentaires, à partir de 1000 abonnés, plus le nombre d’abonnés est important, moins le taux d’engagement est élevé. Et à partir de 10 000 abonnés le taux d’engagement chute drastiquement.

Analyse du taux d'engagement sur Instagram par le site http://www.tanke.fr

Selon le cabinet Keller Fay, 82% des consommateurs interrogés suivent les recommandations d’au moins un micro-influenceur sur les réseaux sociaux. Ces derniers ont bien moins d’abonnés que les célébrités, mais leur communautés sont plus fidèles, adeptes et engagées. Les micro-influenceurs sont considérés comme des passionnés, de véritables experts dans un domaine précis, et travaillent le plus souvent dans le secteur qu’ils vont promouvoir. Les marques peuvent ainsi facilement segmenter les cibles et atteindre de nouveaux publics de niche. Enfin, ils sont considérés comme une source de confiance : eux-mêmes étant des consommateurs.

Selon Kyla Brennan, fondatrice et CEO de HelloSociety, interviewée par le magazine L’ADN« les campagnes qui font appel aux micro-influenceurs ont un taux d’engagement 60 % supérieur aux comptes de personnalités très populaire et poussent 6,7 fois plus les followers vers un comportement d’achat que les grands prescripteurs, rendant les stratégies annonceurs beaucoup plus rentables ».

Ces influenceurs génèrent un retour sur investissement intéressant pour les marques. Par ailleurs, les micro-influenceurs sont globalement plus abordables économiquement que les grands influenceurs.  Avec un coût d’investissement moindre il est donc possible de travailler avec plusieurs influenceurs en même temps. Enfin, le nano-influenceur, ce monsieur-tout-le-monde, ne demande généralement aucune rémunération.

Une tendance à suivre de près…

SOURCES

https://www.definitions-marketing.com/definition/micro-influenceur/

https://www.definitions-marketing.com/definition/nano-influenceur/

http://www.dynamique-mag.com/article/influencer-fatigue-phenomene-redefinit-marketing-influence.10494

https://www.lesechos.fr/06/05/2018/lesechos.fr/0301633600315_les-micro-influenceurs–nouvelle-poule-aux-oeufs-d-or–.htm

COURS DE MAATCH | Influenceurs virtuels, les nouvelles égéries de demain ?

Génération 3.0

Adulés par les ados et convoités par les marques, les « influenceurs virtuels » prennent de plus en plus de place sur les réseaux sociaux et volent parfois la vedette à de véritables personnalités constituées de chair et d’os. 

L’influenceur virtuel @blawko22 : https://www.instagram.com/p/BmuJVHAAt3-/

Véritables phénomènes, les « influenceurs virtuels » sont des avatars créés de toute pièce par images de synthèse 3D. Sur Instagram, ces personnages fictifs partagent et affichent des photographies semblables à celles des influenceurs classiques : des selfies, des collaborations sponsorisées, des souvenirs de leurs voyages, des photographies de leur look de la journée et même les sorties avec leurs semblables. À l’exception faite, évidemment, que tout cela n’a jamais réellement existé. 

Les influenceurs virtuels : vous n’avez pas fini d’en entendre parler !

Surfant sur la tendance, les maisons de luxe sont de plus en plus nombreuses à faire appel au service de ces avatars « glamours »

Olivier Rousteing n’a pas hésité à surfer sur la vague de ce phénomène plus tendance que jamais. Le directeur artistique de Balmain a invité le photographe Cameron-James Wilson, concepteur du premier « Supermodel Digital », à imaginer ses nouvelles égéries. Ainsi, Margot, Zhi et Shudu, sont nées à partir de codes informatiques.

Le 30 août 2018, le styliste dévoilait sa « Balmain Army » sur Instagram, le trio de choc composé des trois égéries multiethniques totalement virtuelles a fait le buzz sur la toile. En effet, elles possèdent toutes les attributs classiques d’un mannequin de chair : visages symétriques, tailles de guêpe et bouches pulpeuses. 

MARGOT porte la » #BALMAINPF18 collection »
 https://www.instagram.com/p/BnOr8qfAfJU/

Peut-être qu’un jour il sera possible d’interagir directement avec elles grâce à l’intelligence artificielle, et qui sait peut-être même les voir défiler en direct au milieu des autres mannequins qui elles, ne seront pas intemporelles. À l’heure de la révolution féministe, les influenceuses virtuelles ne viennent-elles pas encore imposer de nouveaux diktats ? 

Balmain n’est pas la seule maison de haute couture à avoir utilisé les influenceurs 3.0. En effet, Prada, Buccelatti, Louis Vuitton, Dior, Chanel et Fenty Beauty by Rihanna, ont elles aussi succombé aux charmes de ces créatures 3D.  

De gauche à droite : Miquela Sousa , Shudu Gram, Blawko22 and Zhi. 

Mais au fait pourquoi ? Les influenceurs virtuels représentent un énorme potentiel pour les marques non seulement pour développer l’engagement avec les consommateurs mais aussi pour garder un contrôle permanent sur ce qu’incarnent leurs influenceurs. Quand les êtres humains peuvent se révéler imprévisibles, les créations numériques comme Lil Maquela et Shudu ont réussi à se faire une place, prouvant ainsi qu’un « gynoïde » ou un avatar virtuel peut créer une forme de connivence avec les internautes. Et si les influenceurs digitaux créent de nouvelles possibilités de connexion avec les utilisateurs, les internautes et les marques, les avatars numériques pourraient aussi représenter le futur de la relation client.

Une jeune internaute, Célia 16 ans, s’était exprimée dans une interview pour L’Express sur son rapport à l’image et aux influenceurs permettant de comprendre ce qu’il se passe lorsqu’un utilisateur lambda tombe sur des publications pré-fabriquées de A à Z. La jeune femme affirmait n’avoir aucune difficulté à s’identifier à eux. « Je les trouve beaux même si je sais que leur image n’est pas complètement réelle. Je me dis que nous sommes tous des robots contrôlés par le monde numérique, à des degrés plus ou moins différents. Au moins, lorsque je regarde le compte de Lil Miquela ou de Shudu Gram, je ne me demande pas ce qui a été modifié ou non sur la photo. Je sais que tout est faux et je trouve ça finalement plus honnête », soulignait Célia. «  Quand je vais sur le compte de Kylie Jenner par exemple, ça me complexe d’autant plus que je ne sais pas ce qui a été retouché par la chirurgie esthétique ou non. »

«  Quand je vais sur le compte de Kylie Jenner par exemple, ça me complexe d’autant plus que je ne sais pas ce qui a été retouché par la chirurgie esthétique ou non. »

Ces influenceurs virtuels amènent une réflexion quant au futur de la publicité sur les réseaux sociaux. Dans un avenir prochain, les entreprises créeront-elles leurs propres avatars afin de représenter leur marque? 

Contrôle et personnification pour un prix proche de 0 ? « Black Mirror » c’est pour bientôt !

ZOOM : @LilMiquela , l’influenceuse virtuelle la plus suivie sur Instagram

MIQUELA SOUSA, 19 ans et toutes ses dents (en pixels).

L’exemple de Miquela Sousa (@LilMiquela) est intéressant : la jeune femme de 19 ans, née d’un programme informatique, a été créée par une entreprise de robotique et d’intelligence artificielle établie à Los Angeles baptisée Brud. Elle rassemble à elle seule une communauté de plus de 1,5 million d’abonnés. Ses créateurs en ont fait une chanteuse : (Spotify et iTunes classent la chanson dans le top de 2017). => https://youtu.be/sZ0gBE1sxbI

En plus de pousser la chansonnette, elle diffuse des photos d’elle dans différentes situations, et parfois même avec de vraies personnes, elle prend position sur des enjeux sociaux, défend des idées progressistes et soutient notamment le mouvement Black Lives Matter, comme la cause transgenre et le mouvement #metoo. De cette façon, l’avatar acquiert des traits humains, qui lui apportent un capital sympathie. En effet, il est devenu important de promouvoir plus qu’une simple image corporelle pour assurer l’engagement des abonnés à long terme sur les médias sociaux.

***Prada a récemment travaillé avec Miquela pour promouvoir sa collection d’automne 2018. L’avatar a fait la couverture du défilé de mode sur son propre compte Instagram, en utilisant des stories ainsi qu’une visite virtuelle de la salle de spectacle, publiée directement sur le compte Instagram de Prada. D’autres partenariats sont également en cours notamment avec Burberry et Versace.

 Affaire à suivre 

Les sources 

L’ADN ; es influenceurs qui cartonnent sur les réseaux sociaux : ces influenceurs qui cartonnent sur les RS : https://www.ladn.eu/media-mutants/reseaux-sociaux/ces-influenceurs-virtuels-qui-cartonnent-sur-les-reseaux-sociaux/page consultée le 07/12/18

Infos Presse ; Une vrai/fausse influenceur : https://www.infopresse.com/article/2018/3/16/une-vraie-fausse-influenceur, page consultée le 07/12/18

L’express ; Les influenceurs de demain seront t-ils tous virtuels ? https://www.lexpress.fr/styles/beaute/les-influenceurs-de-demain-seront-ils-tous-virtuels_2018220.html, page consultée le 07/12/18

Express Live ; Shudu, Lil Maquela, l’énorme potentiel des influenceurs virtuels :   https://fr.express.live/2018/08/29/shudu-lil-miquela-lenorme-potentiel-des-influenceurs-virtuels, page consultée le 07/12/18

EuroMarketing ; Les influenceurs 100% virtuels :les nouveaux complices des marques : http://euromarketing-udes.com/les-influenceurs-100-virtuels-les-nouveaux-complices-des-marques/, page consultée le 07/12/18

PaperJam ; Les influences virtuels la nouvelle tendance des réseaux sociaux : http://paperjam.lu/news/influenceurs-virtuels-la-nouvelle-tendance-des-reseaux-sociaux, page consultée le 07/12/18

Inflenth ; influenceurs virtuels / marques : https://www.influenth.com/influenceurs-virtuels-marques/, page consultée le 07/12/18

Yahoo Finance ; les influences virtuels attentent les marques : https://fr.finance.yahoo.com/actualites/influenceurs-virtuels-attirent-marques-063914164.html?guccounter=1, page consultée le 07/12/18

COURS DE MAATCH | Tour d’horizon des nouveautés dans la presse lyonnaise

Le nouveau féminin lyonnais

LES 69EMES, premier magazine féminin de Rhône-Alpes, s’est associé à la société Rosebud, qui édite les magazines Tribune de Lyon, Exit et Grains de Sel, pour créer un tout nouveau magazine féminin.

Son nom ? LYFE – contraction de Lyon et Femme – , le mensuel féminin lyonnais qui entend notamment parler de la mode lyonnaise et de mettre en lumière des expériences vécues par les femmes à Lyon, tout cela destiné aux femmes de 25 à 45 ans.

Plus qu’un magazine, c’est également un réel label de production de photos et d’événements.

Retrouvez-le dans les kiosques à partir d’aujourd’hui ! Et rdv sur leurs réseaux sociaux : Instagram, Twitter

 

TLM devient BFM Lyon

La nouvelle est tombée : en 2019, la chaîne de télévision lyonnaise TLM se transforme en BFM Lyon ! En effet TLM a été racheté par le groupe Altice, comprenant RMC, BFM et l’Express
Calquée sur le modèle de BFM Paris, la programmation sera composée d’une matinale d’actu, suivie d’informations ultra-locale (météo, trafic, sorties…). On pourra aussi y retrouver de l’actualité politique, économique, culturelle, et sportive.

Les studios de BFM Lyon seront installés dans la capitale des gaules et accueilleront la rédaction lyonnaise de la chaîne d’information

 

Nouvel angle d’attaque pour Le Progrès

Marqué depuis de multiples années par la baisse de ses ventes – 2 à 3 % chaque année selon l’OJD, le Progrès fait aujourd’hui « peau neuve ». Un plan social a ainsi été mis en place prévoyant 110 départs volontaires, ainsi qu’un plan de formation qui a été lancé début octobre. Le tout dans l’objectif de digitaliser le quotidien local, et de notamment alimenter le site du quotidien afin de toucher une nouvelle cible de lecteurs : les jeunes actifs.

Pour se tenir informer de l’actualité lyonnaise voici le site du Progrès.

SOURCES :

Tribune de Lyon, jeudi 29 novembre au mercredi 5 décembre
https://www.bfmtv.com/economie/altice-rachete-la-chaine-locale-tlm-pour-creer-bfm-lyon-1541275.html

COURS DE MAATCH | Instagram, Linkedin, Twitter, quelles sont les dernières actualités sur les réseaux sociaux ?

Cette fin d’année 2018 a été marquée par quelques changements sur les réseaux sociaux. Retour sur les grands points.

De l’authenticité sur Instagram

Voilà une nouvelle qui va bouleverser le monde du marketing d’influence.

Instagram a décidé de partir à la chasse aux « fake » utilisateurs, qui tentent d’augmenter leur popularité de manière abusive. Grâce à un algorithme, le réseau social supprime désormais les faux « j’aime », « abonnements » et « commentaires » utilisant des applications tierces.

Il semblerait qu’Instagram soit plus déterminé que jamais. Après la mise en place de cet algorithme, le réseau social a déclaré vouloir repenser son interface pour remettre l’image et le partage au cœur de son utilisation. L’application envisage en effet de modifier son design pour donner moins d’importance visuellement au nombre d’abonnements et d’abonné·e·s .

Et la course à l’authenticité continue : Instagram a affirmé que d’ici la fin d’année 2018, d’autres mesure interviendront afin de poursuivre sa lutte contre les activités « non authentiques ». Affaire à suivre !

Plus d’engagement pour LinkedIn

LinkedIn lance de son côté les « stories » : la fonctionnalité se nomme « Student Voices » et n’est accessible, pour le moment, qu’aux étudiants des Etats-Unis. Cette fonction sera d’ailleurs offerte exclusivement aux étudiants. Avec les « student voices » LinkedIn veut « inciter les étudiants à partager leurs expériences académiques telles que des stages, des salons de l’emploi et des projets de classe, qu’ils voudraient montrer aux recruteurs dans le cadre de leur marque personnelle. », dixit le porte-parole de Linkedin.

À la différence de Snapchat, ces stories n’auront pas de durée limitée. Une place légitime pour un réseau professionnel ?

Retour dans le passé pour Twitter

Depuis 2016, Twitter propose à ses utilisateurs des tweets ordonnés par des algorithmes de recommandation, en abandonnant ainsi le classement des tweets par ordre chronologique.

Décision très regrettée par les utilisateurs… mais nous avons une bonne nouvelle pour les adaptes de Twitter : le réseau social a annoncé au début du mois de novembre 2018 vouloir tester une option pour revenir facilement à l’ordre chronologique des tweets. Grâce à un nouveau bouton, Twitter permettra à ses utilisateurs de switcher facilement entre les deux modes d’affichage.

Le réseaux social peine à recruter de nouveaux utilisateurs depuis plusieurs années et espère changer la donne grâce à ces nouvelles mises à jour.

Sources :

https://www.konbini.com/fr/insta/instagram-souhaite-stopper-la-course-aux-abonnes-en-repensant-son-interface

https://www.presse-citron.net/instagram-teste-un-design-qui-met-moins-laccent-sur-le-nombre-de-followers/

https://instagram-press.com/fr/blog/2018/11/19/reduire-lactivite-non-authentique-sur-instagram/

https://instagram-press.com/fr/blog/2018/11/21/amelioration-de-votre-profil-instagram/

https://www.lesnumeriques.com/vie-du-net/linkedin-lance-stories-pour-etudiants-n80805.html

https://siecledigital.fr/2018/11/04/twitter-teste-une-option-pour-revenir-a-un-affichage-chronologique/

IT’S A MAATCH | La rentrée de l’agence

La farniente au bord de l’eau et les cocktails ensoleillés sont déjà loin derrière nous… La rentrée bien engagée, il est temps pour nous de vous présenter nos nouveaux clients, que nous avons le plaisir d’accompagner en cette fin d’année !

Lyon | 

Tiny yoga : le nouveau repaire élégant et intimiste des adeptes du yoga ! Précision, rigueur, connaissance anatomique, sensibilité et justesse seront au rendez-vous lors des cours dispensés par Axelle Lagier, danseuse professionnelle ayant évolué parmi les plus grandes compagnies. 

Mirage festival 2019 : le mirage festival revient en 2019, suite à son succès de l’année dernière ! Un véritable hommage à l’art et l’innovation à travers le regard du numérique, qui nous embarque dans un voyage multisensoriel. Le rdv est pris ! 

Bravo France : Ce spécialiste des machines pour pâtisserie, chocolaterie et glacerie va vous mettre l’eau à la bouche ! Nous l’accompagnerons lors du SIRHA, le rendez-vous mondial de la restauration et de l’hôtellerie, fin janvier 2019. 

Marseille | 

Truffe noire : traiteur installé et reconnu à Marseille, la Truffe noire propose des mets qualitatifs et innovants avec des produits frais et locaux. Leurs solutions sont adaptées aux entreprises comme aux particuliers, pour des évènements accueillant jusqu’à 4 000 personnes ! Nous les accompagnons dans leurs actions de communication locales. 

Paris | 

Urban Bivouac : Hôtel ayant ouvert ses portes cet été dans le 13ème arrondissement de Paris, il sait se démarquer grâce à une identité propre reposant sur l’intimité, un service client chaleureux et exemplaire, et sur une sensibilité certaine pour l’économie circulaire et l’éco-durabilité. Ces chambres aux design épurées sont comme un cocon pour les visiteurs, qui peuvent également profiter du repaire gourmand de l’établissement : Popote & Papote

Genève | 

Archiplein : Maatch s’exporte hors de nos frontières en accompagnant ce cabinet d’architecte visionnaire installé à Genève. Tourné vers la durabilité, Archiplein est le spécialiste de l’utilisation de matériaux naturels. Spécialiste des projets d’envergure, le cabinet réalise également quelques projets pour particuliers. 

Nous sommes donc bien occupés en cette rentrée 2018, déjeuners presse et blogueurs s’enchainent à un rythme effréné… pour le plus grand bonheur de toute l’agence ! 

RETOUR SUR | Les 25 ans d’étoile de l’Auberge de l’Ile Barbe

2018 est une année de fête pour l’Auberge de l’Île Barbe qui célèbre ses 25 ans d’étoile Michelin. À cette occasion, nous avons souhaité réunir la fine fleur des journalistes lyonnais en Île Barbe afin de dévoiler quelques petites surprises en cette nouvelle rentrée. Attablés autour d’un blanc de noir de la maison Lombardi, champagne produit à Lyon, les journalistes ont pu profiter du cadre intemporel et magique de l’Île, chère au chef-propriétaire Jean-Christophe Ansanay-Alex. 

Dans une ambiance légère et chaleureuse, animée par l’humour du chef JCAA, les journalistes ont pu découvrir une jolie plaque, matinée d’ironie subtile

Poursuivant sur cette lancée, le chef a ensuité annoncé la grande nouveauté de la rentrée : l’inauguration de son ponton privé ! ,Un projet ayant nécessité « quinze années de démarches » et qui permettra d’aller chercher les clients, dans différents endroits de Lyon.

L’occasion pour les journalistes de profiter d’une belle balade fluviale à bord du bateau personnel du chef

Le chef est également revenu sur son histoire et celle du restaurant, fondé par ses parents, Jean-Louis et Renée, à la fin de l’année 1967, et comment d’une guinguette de bord de Saône, l’auberge est devenue un restaurant de haute gastronomie, fréquenté par la bourgeoisie lyonnaise. Jean-Christophe Ansanay-Alex, formé par ses multiples experiences auprès des plus grands, – il fut notamment le chef de la femme la plus riche du monde, Christina Onasis – a su créer une cuisine « plus personnelle et plus pointue » qui a propulsée l’Auberge au rang de restaurant étoilé.

Un rendez-vous agréable, riche en découvertes, où le chef a su mettre à l’honneur l’histoire de son auberge et de son Île bien aimée !

BON PLAN MAATCH | Konbini et Brut : pourquoi ces nouveaux médias cartonnent ?

Brut et Konbini News : les nouveaux médias connectés.

 

 

Brut, un nouveau format médiatique dans l’horizon français. En 2016, Guillaume Lacroix (fondateur de Studio Bagel) et Renaud Le Van Kim (ancien producteur du Grand Journal de Canal +) lancent Brut diffusé uniquement sur les réseaux sociaux, sous le format  de courtes vidéos traitant de l’actualité nationale et internationale. Mais également traitant l’actualité en direct grâce à des live Facebook où à des reporters qui sont présents sur place. 

Konbini News, tout nouveau média lancé par Konbini proposant des reportages. C’est Hugo Clément, l’ex-poulain de Yann Barthes qui est à l’initiative de ce projet. Konbini News est une plateforme dédiée aux reportages, où le journaliste de 28 ans – désormais globe-trotter (Sibérie, Italie, Salvador, Tunisie…), analyse l’actualité chaude du monde entier. Hugo Clément a déclaré à l’Express : « C’est un média nouvelle génération qui s’adresse prioritairement aux millennials (personnes entre 20 et 30 ans) mais pas seulement. » Un média traitant de sujets d’actualité internationales ou nationales, souvent étouffés des dans les médias plus traditionnels. 

Konbini est un média français d’information et de divertissement fondé en 2008 par 2 entrepreneurs, David Creuzot et Lucie Beudet. Le nom de ce média est une référence au konbini japonais, les magasins de proximité ouverts 24h/24, une référence qui prend donc tout son sens avec le lancement de Konbini News. 

Brut et Konbini News sont 2 médias d’actualité, très suivis par les jeunes sur les réseaux sociaux. Ils abordent l’actualité de manière différente des grandes chaines nationales. Ces nouveaux formats sont viraux, se partageant en masse sur les réseaux sociaux grâce à leurs vidéos courtes, au montage efficace, relayant uniquement l’important de l’information. 

 

Pourquoi ces médias cartonnent ? 

Aujourd’hui, les réseaux sociaux sont consultés près de 4h par jour par les jeunes français (12 – 25 ans). Ces médias se sont adaptés en triant les informations pour ne proposer qu’un condensé. De plus, ces deux médias font preuve de sérieux journalistique à toute épreuve, en traitant des sujets souvent délicats. Konbini News et Brut n’ont aucune attache image politique affichée (comme peuvent l’avoir Le Monde, Libération ou le Figaro) ce qui permet au plus grand nombre d’interagir et de partager leurs publications, sans se positionner politiquement. Hugo Clément, la star de Konbini News, est quant à lui un vrai plus pour ce nouveau média, offrant une exposition médiatique importante et rassemblant les personnes qui le suivent depuis le début de sa carrière. Ces médias mélangent les codes du web et de la télévision à merveille, touchant les millennials en plein coeur. 

Konbini propose une multitude de « channels » dans divers domaines : musique, politique, cinéma, pop culture, le sport, dessin… et désormais l’actualité avec Konbini News. Des programmes originaux et courts. Brut serait en train de réfléchir à proposer des programmes plus longs afin d’élargir sa cible. 

N’hésitez pas à découvrir ces médias via leurs sites : https://news.konbini.com ou https://brut.live

BON PLAN MAATCH | Découvrez Studio Josepho

Un partenaire de qualité pour vos évènements estivaux !

L’accessoire indispensable à tout évènement qui se respecte ? la borne à selfie. Un outil permettant de se prendre en photo, seul ou en groupe et d’animer la soirée.

Notre partenaire s’appelle Studio Josepho, une entreprise qui propose une borne à selfie hyper-pratique dont la mise en place ne prend que quelques minutes !

Avec cette borne, vous avez la possibilité de partager les clichés en direct sur vos réseaux sociaux, par sms ou par mail. Il est également possible d’intégrer un logo, une phrase ou une image sur la photo, un moyen de communication efficace.

Le + ? la possibilité de prise de photos / Gif ou vidéos. Facilement transportable cette borne à selfie est aussi design et sait se faire discrète. De plus, il est possible de louer le Photo Booth Studio Josepho pour la durée d’un évènement ou de manière mensuelle, annuelle.

Foncez sur leur site internet, il y a toutes les infos nécessaires et les contacts de Studio Josepho.

Site web : http://www.josepho.fr

Un partenaire de qualité, chaudement recommandé par l’équipe Maatch !

LIFE ON MAATCH | Coupe du monde 2018 : les pronostics de l’Agence Maatch

Coupe du Monde de football 2018 : les pronostics de l’agence Maatch 

Ce Jeudi 14 juin à 17h le coup d’envoi de la Coupe du Monde en Russie sera donné. Avec plus de 3 milliards de téléspectateurs c’est l’évènement sportif le plus suivi dans le monde. 32 équipes engagées et 736 joueurs prêts à disputer la compétition la plus prestigieuse du football mondial.


 A l’agence Maatch, nous sommes tous derrière les Bleus ! Alors c’est pour cette raison que nous vous proposons notre pronostic pour la Coupe du Monde.

La France fait partie du Groupe C qui regroupe le Pérou, le Danemark et l’Australie. 

Le samedi 16 juin à 12:00, la France affrontera l’Australie pour son premier match dans la compétition. Mais l’Australie c’est plutôt un pays de rugby non ? Notre pronostic est une large victoire française par un score de 4 à 1. 

Le jeudi 21 juin à 17h, la France affrontera le Pérou, un adversaire dont il faut se méfier. Les équipes d’Amérique du Sud sont des équipes très joueuses, mais les Bleus sauront répondre présents, même sans Bernard Lama dans les buts. Nous pronostiquons une victoire française avec un score de 2 à 1 pour les Bleus. 

Le mardi 26 juin à 16h, la France affrontera le Danemark. Une équipe que Didier Deschamps et ses joueurs connaissent bien, la France devrait l’emporter sans problème. 2 à 0 pour les Bleus. 

Après avoir dominé le Groupe C dont la France sortira 1ère, la compétition ne fait que commencer.

La France se retrouvera alors en phase finale, face à la Croatie. Un match difficile, plein de rebondissements. Difficile de ne pas faire de rapprochements avec l’historique France-Croatie de la coupe du monde 98. Mais les Bleus sortiront vainqueurs de ce premier choc ! Avec une victoire 3 à 2.

Ensuite, ce sont les quarts de finale, plus que 8 équipes sont en compétition. La France affrontera alors l’Uruguay, une très belle équipe sud-américaine. Mais encore une fois Paul Pogba, Antoine Griezmann et Kylian Mbappé sauront appréhender ce match, et la France en sortira vainqueur : 1 à 0 pour les Bleus.

La demi-finale, aux portes d’une finale rêvée par des millions de supporters français se jouera face au Brésil de Neymar. Un combat de titans, dans lequel la France n’a plus le statut de favori. Nous imaginons un match haletant, où seules les prolongations arriveront à départager les deux équipes avec une issue favorable aux Bleus. Notre pronostic : 2-2 puis 3-2 pour la France en prolongations. 

Enfin, le 15 juillet, la finale de la Coupe du Monde opposera la France à l’Espagne ! Une affiche de gala, face à une équipe espagnole « muy buena » qui aura réussi à sortir l’Allemagne et l’Argentine.

A l’unanimité à l’agence nous voyons donc la France championne du monde 20 ans après France 98. Allez, croisons les doigts.

Et vous quels sont vos pronostics ? 

Le site de Libération propose une simulation de la compétition très bien réalisée, à vous de jouer : http://www.liberation.fr/apps/2017/12/pronostic-coupe-du-monde/)

COURS DE MAATCH | Qui sont les Youtubeurs du moment ?

37,5 millions de français vont sur YouTube chaque mois, ce qui représente 81% de la population connectée. 8 Français sur 10 entre 16 et 24 ans vont sur YouTube au moins une fois par jour. Enfin, en France, le temps passé à regarder YouTube sur mobile a augmenté de plus de 45% en un an. 

Ces chiffres nous ont donné envie de vous présenter l’univers des Youtubeurs, que les marques approchent de manière active.

Traitant tous types de sujets, ils sont devenus en quelques années les idoles d’une jeune génération accro aux smartphones et aux tablettes. Le métier de Youtubeur est désormais reconnu et parfois même décrypté dans les médias traditionnels.

Le concept est simple, les Youtubeurs exposent leurs expériences, leurs avis, leurs problèmes ou traitent de sujets de société face caméra, seuls ou en groupe. Certains collectifs proposent même du contenu avec une vraie mise en scène, une équipe de tournage et un budget conséquent.

Désormais certains Youtubeurs représentent des communautés de plusieurs millions d’abonnés, de personnes qui suivent leurs aventures sur les réseaux sociaux.

Parmi les Youtubeurs considérés en France comme précurseurs on peut citer Norman fait des vidéos. Avec plus de 10 millions d’abonnés et depuis plus de 7 ans, le jeune homme amuse les internautes en détournant des sujets de société et se mettant en scène dans son appartement parisien.

Le Youtubeur Cyprien, lui aussi, est suivi par plus de 11 millions de personnes. Il possède également une seconde chaine « Cyprien Gaming », chaine dédiée aux jeux vidéos et suivie par plus de 5 millions de personnes. Une chaine qu’il partage avec Squeezie, un des plus gros Youtubeurs français qui détient sa propre marque de t-shirt (Narmol).

Lucas Hauchard, alias Squeezie est suivi à seulement 22 ans par 10 millions d’abonnés, publiant une vidéo tous les 2 jours, et cela depuis 7 ans.

Les filles sont également présentes sur Youtube, Natoo par exemple, une ancienne gendarme reconvertie dans les vidéos sur internet est l’une des plus suivie. Enjoy Phénix également très populaire sur les réseaux sociaux, a eu l’occasion de participer à l’émission «Danse avec les Stars». Elle est la preuve l’engouement des plus jeunes pour cette nouvelle génération de stars 2.0.

Une nouvelle vague de Youtubeurs a également su saisir sa part du gâteau. Un duo déjanté ; McFly et Carlito. Ils proposent une nouvelle vidéo tous les dimanche matin à 10h à leurs 3 millions d’abonnés. Des vidéos où des stars comme Patrick Bruel ou Gad Elmaleh font leurs apparitions. Le Youtubeur Pierre Croce propose, lui, des vidéos avec des jeux, des défis et des vlogs, suivi par plus de 2 millions d’abonnés.

Un autre Youtubeur a fait récemment parler de lui, grâce à un album de rap, devenu disque d’or en quelques semaines. Yvick alias Mister V a démarré son parcours en faisant des vidéos sur YouTube depuis sa chambre grenobloise, désormais il apparait dans les vidéos de son collectif sur Youtube : le Woop, un collectif de Youtubeurs qui monte sur scène en proposant un spectacle à travers toute a France.

Les Youtubeurs sont en train de devenir de véritables icônes dans le monde des réseaux sociaux. Preuve de leur nouveau statut des agences se spécialisent dans le suivi de Youtubeurs. La plus connue s’appelle Webedia, basée à Levallois-Perret, l’entreprise représente McFly & Carlito et Squeezie par exemple. Mais ce n’est pas tout, désormais les Youtubeurs ont le droit à de véritables équipes de tournage.

Webedia annonce une croissance de fréquentation sur les vidéos YouTube avec plus de 188 millions de visiteurs uniques mensuels sur l’ensemble de ses médias digitaux. Un argument de taille à faire-valoir auprès des annonceurs de plus en plus nombreux à vouloir profiter des communautés des Youtubeurs.

Difficile de tous les citer… allez découvrir leurs vidéos !

LIFE ON MAATCH | La visite presse du Mirage Festival 2018

Une visite presse entre virtuel et réalité

« Mais c’est là je te dis » 

Pour la deuxième année consécutive, Maatch a accompagné le lancement du Mirage Festival, manifestation lyonnaise dédiée aux cultures numériques qui se tenait cette année aux Subsistances.

Evénement clé de cette mission : une visite presse organisée juste avant l’ouverture du festival au public!


Prévue le jeudi 4 avril 2018 à 17h30, la visite presse avait pour but de présenter aux journalistes et influenceurs digitaux l’étonnant parcours d’exposition du festival mêlant réalité virtuelle, réalité augmentée, art cinétique et protections vidéo. Nos deux attachées de presse de choc, Margot et Fanny, sont devenues incollables sur le sujet afin d’animer cette visite. Plusieurs médias ont répondu présents : France 3 Rhône-Alpes, Lyon Capitale, Le Petit Bulletin, Hétéroclite, Les Inrocks (et oui!) mais aussi les webzines Girls Take Lyon, la Viiie en rouge  …etc.

Quelques oeuvres majeures ont été présentées durant la visite.

Diapositive 1.2 – Children Of The Light

Une installation cinétique, lumineuse et sonore qui offre une expérience frappante, déroutante mais aussi pleine de poésie.

Machine for living – Sabrina Ratté

L’artiste, Sabrina Ratté, présente sur son installation, a présenté sa démarche aux journalistes présents : une expérience visuelle et immersive autour du thème des « villes nouvelles ».

Reality Research Lab

Plusieurs ateliers de VR (virtual reality) proposés par un collectif lyonnais associant artistes et studios de production.

Enfin, Blind sculpture – Marie Lelouche

Pour finir la visite, nous avons convié les journalistes à un cocktail en compagnie de l’équipe du Mirage Festival, de ses deux fondateurs, Jean-Emmanuel Rosnet et Simon Parlange, ainsi que des partenaires publics et privés de l’événement. Malgré la pluie battante, les coupes étaient pleines et cette 6ème édition du festival était lancée ! 

Un aperçu du buffet, proposé par « Notorious pig ».

« Et il pleut juste à ce moment là BIEN EVIDEMMENT »

Nous espérons que cet avant-goût vous ait donné envie de retrouver l’ensemble des oeuvres du parcours d’exposition qui se tient jusqu’à ce dimanche 8 avril ! Sans oublier les soirées live, le salon de la création émergente et le Mirage Creative+ 🙂

Plus d’infos: https://www.miragefestival.com