COURS DE MAATCH | Et si on misait sur les micro et nano-influenceurs ?

Malgré la tendance en vogue du marketing d’influence, on observe déjà une sorte de désenchantement appelé « influencer fatigue » qui se traduit par une baisse d’engagement sur les réseaux sociaux et une crise de confiance généralisée. Aujourd’hui, les micro-influenceurs, et nano-influenceurs sont davantage courtisés par les marques. Mais qui sont ces derniers et quelle visibilité peuvent-ils apporter aux marques ?

L’expression « micro-influenceur » désigne un influenceur digital qui compte relativement peu d’abonnés par rapport aux « stars » ou vedettes des réseaux sociaux. Il n’existe cependant pas de définition ou de seuil officiel pour les déterminer clairement.

Les nano-influenceurs sont, par extension, des influenceurs avec un périmètre d’influence (nombre de fans, contacts ou d’abonnés) encore plus réduit que celui d’un micro-influenceur. Ces individus sont des personnes lambdas considérées comme actives les réseaux sociaux.

De multiples études ont récemment mis en évidence la relation inverse existant entre le nombre d’abonnés et le taux d’engagement. La société Markerly a analysé plus de 800 000 comptes Instagram, avec une majorité ayant au moins 1 000 abonnés.
 Le constat est sans appel : qu’il s’agisse d’interactions sous forme de likes ou de commentaires, à partir de 1000 abonnés, plus le nombre d’abonnés est important, moins le taux d’engagement est élevé. Et à partir de 10 000 abonnés le taux d’engagement chute drastiquement.

Analyse du taux d'engagement sur Instagram par le site http://www.tanke.fr

Selon le cabinet Keller Fay, 82% des consommateurs interrogés suivent les recommandations d’au moins un micro-influenceur sur les réseaux sociaux. Ces derniers ont bien moins d’abonnés que les célébrités, mais leur communautés sont plus fidèles, adeptes et engagées. Les micro-influenceurs sont considérés comme des passionnés, de véritables experts dans un domaine précis, et travaillent le plus souvent dans le secteur qu’ils vont promouvoir. Les marques peuvent ainsi facilement segmenter les cibles et atteindre de nouveaux publics de niche. Enfin, ils sont considérés comme une source de confiance : eux-mêmes étant des consommateurs.

Selon Kyla Brennan, fondatrice et CEO de HelloSociety, interviewée par le magazine L’ADN« les campagnes qui font appel aux micro-influenceurs ont un taux d’engagement 60 % supérieur aux comptes de personnalités très populaire et poussent 6,7 fois plus les followers vers un comportement d’achat que les grands prescripteurs, rendant les stratégies annonceurs beaucoup plus rentables ».

Ces influenceurs génèrent un retour sur investissement intéressant pour les marques. Par ailleurs, les micro-influenceurs sont globalement plus abordables économiquement que les grands influenceurs.  Avec un coût d’investissement moindre il est donc possible de travailler avec plusieurs influenceurs en même temps. Enfin, le nano-influenceur, ce monsieur-tout-le-monde, ne demande généralement aucune rémunération.

Une tendance à suivre de près…

SOURCES

https://www.definitions-marketing.com/definition/micro-influenceur/

https://www.definitions-marketing.com/definition/nano-influenceur/

http://www.dynamique-mag.com/article/influencer-fatigue-phenomene-redefinit-marketing-influence.10494

https://www.lesechos.fr/06/05/2018/lesechos.fr/0301633600315_les-micro-influenceurs–nouvelle-poule-aux-oeufs-d-or–.htm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *